Menu Casinos
Bonus Sans Dépôt
Casinos BetSoft
Casinos Rival
Casinos RTG
Casinos Microgaming
Casinos Pragmatic Play
Bonus Des Casinos
Casinos Mobile
Regle du Backgammon

Bronze Casino 20 tours gratuits bonus sans depot exclusif
Bronze Casino Exclusif
20 Tours Gratuits
Bonus sans dépôt
BTC/200% Bonus
+ 50 Tours Gratuits
BetSoft, NetEnt

Cozyno Casino 25 Tours Gratuits Exclusif
Cozyno Casino Exclusif
25 Tours Gratuits
Bonus sans dépôt
1000€/BTC Bonus
+ 60 Tours Gratuits
NetEnt, Betsoft

Unique Casino 20 Tours Gratuits Exclusif
Unique Casino Exclusif
20 Tours Gratuits
Bonus sans dépôt
Slot Book of Dead
200€/$/BTC Bonus
BetSoft, Play N Go

Stakes Casino 25€/$ bonus sans depot
Stakes Casino
7€/$ Exclusif
Bonus sans dépôt
100% Bonus + 50 Spins
NetEnt, iSoftBet

Rooms de Poker
Turbo Poker.fr
Bwin.fr
Partagez
Aller en bas
avatar
lassalle1809
Super-play
Super-play
Masculin Nombre de messages : 3686
Age : 52
Localisation : belgique
Date d'inscription : 10/11/2008

Puce Les casinos, victimes de l''ouverture

le Mer 20 Mai - 15:25
Les casinos, victimes de l'ouverture du marché des jeux en ligne

Les casinos français et les villes qui les abritent vont souffrir de l'ouverture des jeux en ligne qui doit intervenir au 1er janvier 2010, prévoit une étude rendue publique mardi soir lors d'un colloque à Paris avec des parlementaires et les acteurs du marché.

Les 197 casinos français ont enregistré pour leur dernier exercice (novembre 2007 à octobre 2008), 2,553 milliards d'euros de produit brut des jeux (PBJ, différence entre mises et gains) en baisse de 8,4 % par rapport à l'exercice précédent.

Ces difficultés ont déjà eu en 2008 des répercussions sur le budget des municipalités qui accueillent des casinos. Les prélèvements sur le PBJ vont en effet à 85 % à l'Etat et à 15 % aux communes dont ils assurent une part importante du budget.

Cette étude de Francis Merlin, consultant international en marketing et en communication, relève également que l'industrie des jeux en ligne est de nature à "booster" de nombreux secteurs économiques en France (publicité, média, prestataires de services ...) et à créer des milliers d'emplois.

Trois types de jeu d'argent sont prévus par le projet de loi sur l'ouverture du marché français des jeux en ligne : paris hippiques mutuels, paris sportifs à cote et en direct sur des épreuves réelles validées par les fédérations et le poker.

Le texte du gouvernement, dont la date d'examen par le Parlement n'a pas encore été fixée, a exclu les jeux de machines à sous et les paris en spread betting (parier sur un événement mais sans connaître à l'avance le montant de ses pertes).

Ces interdictions, selon l'étude, vont priver le marché français d'une part de marché de l'ordre de 30 % à 35 %.

Par ailleurs, écrit M. Merlin, "l'extrême difficulté technique et juridique pour bloquer les sites illégaux qui proposeront une offre de jeux plus importante et un meilleur taux de retour au joueur" (limité à une fourchette de 80 % à 85 % par le projet de loi) "constituera un handicap pour les opérateurs qui auront des licences en France".

Lors de l'ouverture, écrit par ailleurs M. Merlin, le marché français "tout comme les autres marchés des pays d'Europe sera majoritairement préempté" par les deux opérateurs historiques (Française des jeux et PMU) et par les grands opérateurs de jeux en ligne (Unibet, BetClic, Winamax ...), des multinationales avec plus de 5 ans d'expérience.

Pour les opérateurs français, les secteurs les "plus ouverts" sont ceux des paris sportifs et du poker en ligne, secteur qui connaît une progression internationale de 50 % par an. Actuellement, le marché français, pour le moment réservé à la Française des Jeux et au PMU, a représenté en 2008 un chiffre d'affaires de 1,170 milliard d'euros (630 millions pour la FDJ et 540 millions pour le PMU).

Le secteur des jeux en ligne international est un des rares secteurs, assure l'étude, à avoir une progression en temps de crise de l'ordre de 20 à 25 %, d'autant plus que le marché va "basculer assez rapidement" de l'internet fixe (PC professionnels ou domestiques) vers l'internet mobile (téléphonie 3G).

L'ouverture du marché français devrait être une aubaine, explique M. Merlin, pour les détenteurs de droit sportifs qui devront, selon le projet de loi, être rémunérés par les opérateurs de paris en ligne, les prestataires de services ainsi que pour les médias écrits et audiovisuels, prochaines cibles de la publicité des opérateurs.

Suspect Suspect Suspect
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum